la France culture au travail

Si l’occident se caractérise souvent et uniquement dans le faire, le texte suivant caractérise bien notre époque :

source Alternative économique sept 2011

 » Comme le montrent Dominique MEDA et Lucie DAVOINE dans une étude très complète, le travail peut être conçu à la fois comme devoir vis des autres ou de la société, comme le moyen d’obtenir autre chose (salaire, sécurité, promotion sociale…) et comme un lieu d’épanouissement et de réalisation de soir […]

La singularité principale des français se situe dans le troisième domaine : le travail comme réalisation de soi. »

 » Selon Thomas PHILIPPON, ces constats sont liés à des relations plus hiérarchiques et plus conflictuelles qu’ailleurs [en Europe] dans le travail.

Il règne dans l’hexagone une culture peu propice à assurer des promotions aux travailleurs les plus talentueux ou les plus investis.

Des analyses que l’on peut rapprocher de celles de Philippe d’IRIBARNE.

Selon cet auteur la société française reste dominé par une logique de classement hiérarchique, ayant fait d’une petite élite issue des meilleures écoles sa nouvelle « noblesse ». Cette culture qu’il qualifie de logique de l’honneur ne valorise ni la recherche de compromis dans la relation sociale ni l’échange entre égaux*. Et elle se mariait mieux avec les organisations tayloristes** de la société industrielle qu’avec les organisations fondées sur le travail en équipe qui se sont développées depuis trente ans. »

* : Expérience personnelle, la culture marseillaise populaire me semble néanmoins antinomique avec ce positionnement. D’ailleurs on peut constater que la tendance naturelle des individus est de profiter du travail pour se regrouper et échanger. La bonne humeur (sincère ou non) est un des traits obligatoires dans cette relation sociale.

Est ce une rémanence de la culture méditerranéenne ??

** : à noter la très grande difficulté à retrouver des écrits sur le taylorisme. Notamment il a était une idéologie à la mode au XX siècle en France introduit par des « leaders d’opinions ».

Le savoir étant un des attributs du pouvoir, soit c’est un fait caché soit c’est un fait qui s’est enraciné dans l’inconscient.

A noter pour reprendre les citations, que traditionnellement depuis la règle de saint BENOIT l’occident a mis en haute valeur le travail dans la réalisation de l’Homme (tout du moins masculin).

On ne peut d’ailleurs qu’être étonné de la meilleure péréquation entre mœurs et taylorisme suivant le discours de GOTT (forum), nous serions plutôt en France dans la culture de l’artisan. C’est à mon opinion une appropriation d’une information venant d’une autre culture, non intégrée. C’est à dire que les Français n’ont sans doute pas compris le sens mais en ont copié les formes.

 

Publicités