Géopolitique du fait religieux Jean-François Fiorina s’entretient avec Odon Vallet

Extrait :  » Existe-t-il selon vous un lien entre la manière de vivre des peuples, leurs croyances et leur environnement ? Les religions sont-elles liées à la théorie des climats, chère à Montesquieu ?

En partie, oui. Je veux dire par là que des religions qui ont des lois très fortes, comme le judaïsme avec la Thora ou l’islam avec la Charia, impliquent une manière de vivre bien spécifique de la part de ceux qui s’en réclament, ne serait-ce qu’au simple niveau des prescriptions alimentaires. Pour ce qui est du christianisme, il en va différemment, parce que l’on s’est montré très tolérant et très accommodant au cours de l’histoire. Tout dépend des religions, certaines impliquent un mode de vie qui se prête difficilement au mélange. Mais l’on trouve toujours des accommodements. En Chine, on mange beaucoup de porc, mais on trouve néanmoins de cette viande près de grandes mosquées. De même, en Inde, où les hindouistes ne mangent pas de viande de bœuf, on trouve des bouchers et des tanneurs musulmans. En ce qui concerne les animistes africains, leur manière de vivre est intimement liée à un certain environnement et à des croyances s’y rattachant.

Pour en revenir à la théorie des climats chère à Montesquieu, elle a son intérêt mais aussi ses limites. Renan disait, à propos de l’islam, que le désert était monothéiste. Or, le premier pays musulman du monde est l’Indonésie qui bat des records mondiaux de pluviosité ! Cependant, on ne peut pas nier qu’à l’origine des religions, il y a un environnement bien déterminé. Si Jésus était né en Chine, on ne célébrerait pas le pain et le vin au cours de la messe, mais le riz et le thé. Incontestablement, le bouddhisme est indissociable de l’environnement indien, mais ce bouddhisme indien s’est très bien exporté en Chine et au Japon, comme le christianisme s’est bien adapté en Extrême-Orient, en Amérique et en Afrique. De même, l’islam proche- oriental s’est exporté avec succès en Extrême-Orient puisque les quatre plus grands pays musulmans du monde que sont l’Indonésie, le Pakistan, le Bangladesh et l’Inde, se situent à l’est de l’Indus. Il y a des chrétiens chez les Esquimaux et d’autres chez les Pygmées. En fait, ce qui est important, ce qu’il convient de prendre en compte, c’est d’abord le lieu d’origine du ou des fondateurs des religions

 

….

 
Il est donc possible de préserver l’identité des peuples face à la mondialisation ?

Certainement. Pour moi, il existe un signe qui ne trompe pas : c’est le petit-déjeuner. Vous pouvez déjeuner ou dîner dans toutes sortes de restaurants, italien, russe, argentin, indien ou chinois. Mais il est un rituel culinaire quotidien auquel on demeure viscéralement attaché: c’est son petit-déjeuner. En Chine en 1973, avec ma promotion de l’ENA, nos hôtes chinois ont voulu nous servir leur soupe aux vermicelles dès potron-minet. En chœur, nous avons demandé à bénéficier d’un petit déjeuner à l’occidentale. Ce qu’ils nous ont accordé bien volontiers. Je crois que le petit-déjeuner reste un symbole de notre attachement à notre environnement d’origine, parce que, au sortir des bras de Morphée, c’est peut-être l’habitude qui est la plus naturelle et la plus caractéristique d’une population ! »

Je ne suis pas certain que si on rentre dans le détail des faits on arrive à corréler climat-territoire avec religion. Pourtant pour un praticien le bon sens semble porter sur une promiscuité.

Il me semble que c’est l’aspect habitude qui influence le rapport au sacré. Du moins il faut envisager l’espace pas seulement d’un point de vue rationnel mais avec tout ce qu’il fait naitre dans l’imagination et l’inconscient. Je serais donc porté à dire que la religion est une sorte de domestication des symboles inconscients (parties molles) dont une histoire humaine donne la structure (la rigidité).

Nous pourrons nous demander si un espace climat-territoire se déplace sur la planéte, qui est le vrai détendeur du sacerdoce religieux, celui qui voit son habitude changer ou celui qui connait le maintien des habitudes tout en étant une périphérie ?

 

Publicités