les livres Demoule les indo Européen

lien 

Les livres de Demoule sont toujours intéressants,  cependant il parle en archéologue,  spécialiste des artefacts,  qui ne prouvent en rien (et ne le peuvent) l’unité d’origine d’un groupe de populations ( Colin Renfrew avait tenté la même chose,  sans être plus convaincant).  De fait,  seul le fait linguistique est parlant. Benveniste (et à un moindre titre Sergent, qui n’est pas prioritairement linguiste) l’ont montre.  D’où que viennent ces ethnies -plusieurs, très différentes,  et par diffusion et déplacement- elles posséderent des structures linguistiques et des institutions sociétales communes (ne pas s’ arrêter au trop simple tripartiste dumezilien, c’était un précurseur,  il s’ est trompe sur bien des points.) Mais nier le fond mythique et linguistique serait aussi absurde que de le refuser à d’autres groupes linguistiques -hammito-semitique,  ouralo-altaique, et bien d’autres).

Ceci, qui est objet d’études scientifiques, ne doit pas être mélangé avec les dérives raciales erronées  : le mot « aria » par exemple n’est justifié que pour les groupes ethniques (complexes et non composés de grands blonds guerriers, ça c’est une épouvantable dérive idéologique qui se trouve encore développée,  hélas,  par deux professeurs de Lyon, qu’on aurait dû interdire de publication il y a déjà 20 ans) de langue sanscrite -groupe indo-europeen, donc- qui se sont installés en Inde du Nord il y a environ 4000 ans. C’était leur anthroponyme, il signifiait « les hommes » ( c’est le cas de nombre d’anthroponymes de tribus sur l’ensemble de la planète), et n’a rien de racial,  ne peut en aucun cas y prétendre. 

Donc, pour conclure,  ce n’est pas parce que des individus racistes et de mauvaise foi (les Faurisson et autres) en ont fait un mauvais usage (euphémisme) qu’il faut jeter avec l’eau du bain un peu plus d’un demi siècle de travaux linguistiques et ethnologiques sérieux et documentés. 

Il faut connaître et nuancer!

Publicités