placenta, un coup de pouce viral de génie

https://www.museum.toulouse.fr/-/de-la-coquille-au-placenta-un-coup-de-pouce-viral-de-genie

 

 

Pour faire un bébé il faut être deux. Mais comment se fait-il que le fœtus ne soit pas rejeté par le système immunitaire de la mère qui n’a aucune raison de (re)connaître les molécules « étrangères » d’origine paternelle? C’est que le placenta veille au grain ! Tout a commencé il y a bien longtemps, environ 150 millions d’années, quand l’ancêtre des mammifères, qui pondait probablement encore des œufs, a été infecté par un virus.

 

iode indispensable

https://www.doctissimo.fr/html/nutrition/vitamines_mineraux/iode.htm

 

https://sante.journaldesfemmes.fr/fiches-sante-du-quotidien/2544310-les-aliments-riches-en-iode/

Teneur en iode des aliments

Ce sont les produits d’origine marine qui en sont les principaux pourvoyeurs.

Les produits de la mer en sont riches mais les œufs, le lait et les fromages ne sont pas en reste.

Quelques exemples :

Coquillages : 200 à 400 microgrammes/100 g

Poisson : 2 à 131 microgrammes/100 g

Œufs : 32 à 70 microgrammes/100 g

Fromage : 21 à 73 microgrammes/100 g

L’iodation de l’eau et du sel ne s’oublie pas !

un bon Poulet Cuit

Étude.

Le mystère de la domestication du poulet s’éclaircit un peu plus

Publié le

L’origine temporelle et géographique de la domestication de cet oiseau dont la viande est largement consommée par l’homme est encore incertaine. Néanmoins, une étude qui vient d’être publiée, relayée par le quotidien suisse Le Temps, soutient une nouvelle hypothèse.

Sur terre, on n’en dénombre pas moins de 22 milliards. “Le poulet est aujourd’hui l’oiseau le plus présent à la surface du globe, affirmeLe Temps. Ils sont trois fois plus nombreux que l’être humain.” Pourtant, comme le souligne le quotidien suisse, aujourd’hui encore, “les scientifiques cherchent toujours à savoir où et quand la domestication du poulet a eu lieu”. Un mystère historique partiellement éclairci par une étude publiée par le journal Cell Research et éditée par la revue scientifique Nature.

Selon le quotidien de Lausanne, l’idée prédominante – avant la publication de ce travail de recherche – était que le poulet avait été domestiqué dans le nord de la Chine et la vallée de l’Indus. Mais après avoir comparé les génomes de poulets domestiques et des différentes sous-espèces de Coq doré [espèce sauvage considérée comme l’ancêtre du poulet domestique] en s’appuyant sur des prélèvements réalisés pendant plusieurs années en Asie et en Europe, les scientifiques sont arrivés à une nouvelle conclusion. :

La sous-espèce qui serait principalement à l’origine du poulet domestiqué serait le ‘Gallus gallus spadiceus’, qui vit actuellement à l’état sauvage dans le sud-ouest de la Chine, en Thaïlande et en Birmanie. Il se retrouve dans les forêts primaires et de bambous, mais aussi à proximité des activités humaines comme dans les plantations de thé et de palmiers à huile.”

 

 

http://www.letemps.ch